mardi 20 février 2018

Fièvre folk

Margaux vivait au rythme
Des chansons de Dylan
Du matin
Jusqu’à tard
Elle fredonnait
Chimes of freedom
Scandait
Don’t think twice it’s alright
Murmurait
Blowin’ in the wind
Se racontait
À tue-tête
Des histoires d’un autre âge
Des romances de trottoir
Peuplées de clochards célestes
Imbibés d’infinis tourments
De camés aux veines fatiguées
Accros aux corps vagabonds
De princesses
Un peu trop bien nées
C’est sans doute pourquoi
Elle me fixait toujours rencard
Dans des hôtels étranges
Aux façades sans fard
Aux chambres mal éclairées
Et qu’invariablement
Elle filait durant mon sommeil
Me laissant m’éveiller
Seul au petit jour 
Avec en tête 
L'unique pensée de savoir si
Je la reverrai
Elle et ses blues crépusculaires
Ses ballades aux amours mort-nés.