mardi 27 septembre 2011

L’amante

Marionnette de miroir
Des heures qu’amère
Elle se prépare
Pour ouvrir à son courant d’air
Un coutumier du coup d’un soir
A l’anneau d’annulaire
Fuyard
Parure à jeu de boutonnières
Bas résille noirs
Et leur jarretière
Tout ça pour à peine un regard
De l’homme aux phalanges adultères
Qui d’un doigté dare-dare
Liquidera les préliminaires
Clôturant d’une levrette avare
Et d’un minable missionnaire
La soirée vingt minutes plus tard
Horreur érotique ordinaire
Pour celle qui demain en peignoir
Reprendra sa vie d’avant-hier
Nourrissant l’orgasmique espoir
D’une maltraitance supplémentaire.