dimanche 10 juillet 2011

Fin de cavale

Réveil brutal
Nez collé aux barreaux du lit
D’une antique reine de bal
Qu’une bouteille de Chianti
De bas étal
Et qu’un champagne premier prix
Pour Kir tout sauf royal
Ont neutralisé toute la nuit
Sous un orchestre de cymbales
Crânienne cacophonie
Qu’une migraine magistrale
Me diffuse en Dolby
Et le foie en phase terminale
Je tente une silencieuse sortie
Evasion mise à mal
Par mes membres encore engourdis
Bruyamment je m’étale
Réveille la vieille et son envie
D’érection matinale
Qui d’un gémissement me prédit
Qu’ici se termine ma cavale.